lls ont dit

Publié le par la freniere

J’ai longtemps pensé que je restais 
jeune, je me suis longtemps senti 
quelqu’un de jeune. Je m’étais trompé : 
je n’étais pas jeune, j’étais plutôt 
marginal. Je le comprends maintenant 
que j’ai vieilli et que je sais ne pas avoir 
changé même si je me sens à l’écart, 
en marge de la société. J’ai longtemps 
porté les cheveux longs par souci 
de ne pas me plier au modèle masculin ; 
je n’affiche d’ailleurs toujours pas 
de tatouage ni de boucle d’oreille, 
de cravate ni de complet trois pièces, 
rien qui ne puisse m’associer au monde 
du crime. J’ai mis du temps à comprendre 
que j’appartiens au monde marginal 
des indignés insoumis et humanistes.

 

Claude Paradis 

Publié dans Ils ont dit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article