Les écroulements

Publié le par la freniere

Regarde mon amour
Ce monde qui s’écroule
Autour de nous
En nous
Serre bien ma tête contre ta poitrine
Et dis moi ce que tu vois
Pourquoi ce silence ?
Dis-moi simplement ce que tu vois
Les étoiles contaminées tombent-elles
De l’arbre de la connaissance
Le nuage toxique des idées
Nous submergera-t-il bientôt ?

Dis-moi ce que tu vois
Brûle-t-on déjà les livres sur les places publiques
Rase-t-on la tête des femmes avant de les lapider
Y a-t-il des processions d’homme à cagoule
Brandissant croix et cimeterres
Pourquoi ce silence mon aimée
Sommes-nous sur une île flottante
Ou voguons-nous sur une torpille
Sommes-nous seuls
Ou enchaînés à d’autres frères de fortune
Quel jour sommes-nous
Quelle heure est-il ?
Serre bien ma tête contre ta poitrine
Et si tu peux
Ouvre ton ventre et accueille-moi
Au creuset de ta force
Fais-moi remonter le fleuve
Jusqu’à la source des sources
Replonge-moi dans la vasque de vie
Et verse sur ma fontanelle
Sept poignées d’orge
En fredonnant la chanson de Fayrouz
Celle que tu chantes mieux qu’elle

Pourquoi pleures-tu
As-tu peur pour le monde
Ou pour notre amour
Ne peux-tu rien pour moi ?
Alors dis-moi simplement ce que tu vois
De quel mal meurt-on aujourd’hui
Quelle est cette arme invisible qui extirpe l’âme
et le goût à nul autre pareil de la vie
quelle est cette caravane qui égorge ses chameaux
et vide ses outres d’eau dans le sable
quel est ce magicien
qui fait de la guerre un acte d’amour ?


 

Abellatif Laäbi

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article