Depuis tant d'années

Publié le par la freniere

Ah, merde, merde, merde. Que ces heures me pèsent. Il faut que je sorte de moi, que je gicle d'ici. Et me voici dans les rues avec un chien qui me suit comme si j'étais son père, impossible de m'en débarrasser, et maintenant il est devant avec son collier pourri et ses oreilles sales et se retourne sans arrêt pour voir si j'arrive, il n'en finit pas de lever la patte sur tout ce qui affiche verticalité. De quoi sommes-nous faits, je suis au bord des sanglots, la moindre petite maison palpitant dans ses branches me semble un fruit de la création, - un maçon me fait plus d'effet qu'un poète -. Et voici que je joue comme un gosse dans une venelle avec les blocs de glace épargnés par le dégel. Plus loin, entre un oratoire et une vieille vigne d'appellation Valençay V.D.Q.S., ma vie me saute à la gorge, son désir de vengeance est terrible. Elle me demande ce que j'ai foutu, depuis tant d'années, et pourquoi, pourquoi j'en suis arrivé là.
 

Jean-Pierre Georges

 

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article