Dompteuse

Publié le par la freniere

J’ai appris aujourd’hui
que quelque part dans le monde
des papillons buvaient
des larmes de tortue

Le ciel était couleur d’effroi
ce soir
l’écriture ne sert qu’à
dompter la peur

Il n’y a pas de lieu
ni pour jeter l’ancre aux étoiles
ni pour attendre le jour filant
pas de lieu pour ne pas errer

Ce qui demeure au final
du désir et de la sagesse
n’est que peu de chose
invisible dans le noir

Et je continuerai de boire
au bercail de la nuit
réfugiée dans le goutte à goutte
des songes.


 

Adeline Baldacchino

 

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article