Il y a

Publié le par la freniere

Il y a ceux qui n’arrivent à rien,

ceux qui reviennent de tout,

ceux qui n’arrivent qu’à eux sans regarder les autres,

ceux qui s’étouffent en érigeant des murs,

ceux qui se pendent à ce qui reste de vie,

ceux qui parlent sans rien dire,

ceux qui disent tout d’un simple geste,

ceux qui survivent au froid en allumant des mots,

quelques mots, quelques phrases,

quelques cris dans le désert,

quelques flash en couleurs dans la routine grise,

quelques coups d’ailes pour ceux qui veulent voler,

quelques battements de cœur pour ceux qui n’en ont pas,

quelques trous dans les murs pour respirer plus large,

de la broue dans le toupet,

des coups de main, des coups de cœur,

quelques syllabes sonores pour les sourds et muets,

quelques bulbes de fleur pour les toits végétaux,

quelques billes d’enfant pour ceux vieillis trop vite,

quelques bulles d’air pour l’oxyde de carbone,

quelques bulles d’air pur,

quelques bulles de savon dans la crasse,

quelques miettes du pain pour la famine du monde,

quelques gouttes de pluie sur le bitume sale,

quelques flocons d’avoine pour les tempêtes de neige,

quelques éclats de rire, des vers dans la pomme,

deux ou trois verres sous la cravate,

de l’âme dans les gestes pour faire grandir l’homme.

 

Jean-Marc La Frenière

Publié dans Poésie

Commenter cet article