Toundra

Publié le par la freniere

Toundra de monstres dans les Torngats, sur la crête des montagnes nues comme dans le bouillon des cataractes roulant jusqu’au Grand Sud, là où toute neige fond toujours un peu trop vite

Toundra où les héros se suicident, appelés par un au-delà de troupeaux de phoques annelés et d’umimmaq en rut, alors que des goélands placides tournent et tournent autour d’arcs-en-ciel printaniers, attendant la désintégration des glaciels répandus entre les îles Mansel et Akpatok

Des morses aux longues dents donnent aux touristes en mal d’exotisme leurs plus belles défenses transformées en colifichets

Des armées d’ombles arctiques fouillent les eaux du détroit d’Hudson à la recherche d’uviluq et de bancs de crevettes

Et que disent donc les Inuits à propos de la toundra qui les nourrit nuit après nuit

Considèrent-ils comme valide la solution finale d’un grand suicide collectif avec en prime un tsunami-catastrophe

Ou gardent-ils foi en la puissance de guérison de cette toundra de pierres 
rondes, de nirliit envoûtants, de tremblements sanguins et d’accouchements d’humains résilients capables de giguer tout en kayakant


 

Jean Désy

 

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article