Une part d'étincelles

Publié le par la freniere

Il faisait très froid sur le fleuve

Un cargo rouge

Avançait lentement.

La dérive des glaces était comme un signal.

Ou comme une prière

 

J'ai perdu le chemin par où je suis venu

et vous avez disparu peu à peu

comme un très léger refrain

qui lentement s'efface

et finit par s'éteindre

sur les lèvres du passé.

 

La douce morsure des arbres montait avec l'hiver

et j'avais à nouveau perdu la mémoire de mon âge

en murmurant la longue litanie

des villages entrevus

J'ai entendu les heures se froisser une à une

avec un soupir d'aile.

Un soleil froid fondait doucement

dans la glace du fleuve, sur la rive duquel j'aurai aimé vous voir courir

quand vous étiez enfant.

 

Jean-Pierre Spilmont

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article