Là haut sur la montagne

Publié le par la freniere

Là-haut sur la montagne
j’habite un peu le ciel
mais j’y traîne ma boue.
Je me lève au matin
en tulipe ou en bois.
Je bois à la rosée
ce qu’y laisse la nuit.
Je trempe dans le cœur
une langue de chat.
Je jappe, je lape.
Je m’effeuille en mots.
J’écoute les messages
que sifflote le vent.

 

J’anime l’espérance
dans la paille des nids.
J’ouvre avec mes dents de lait
le noyau de la vie.
J’ai ma force dans l’eau,
mes yeux dans les étoiles.
J’ai ma voix dans la pierre
qui parle aux insectes.
Chaque feuille est un arbre
dans la forêt des fées.
Chaque mot est une image
dans un crayon de couleur.

 

Là-haut sur la montagne
où je soigne mon loup
les portes brisent leurs chaînes,
les meubles font le mur
et les carreaux brisés
s’envolent en oiseaux.

 

Jean-Marc La Frenière

 

Publié dans Poésie

Commenter cet article