La vie en marche

Publié le par la freniere

Je ne prends plus
le temps de mourir.
Je prends la vie en marche
avec ses cuisses ouvertes,
ses colombes de miel,
le sexe des couleurs,
des odeurs et des mots.

 

Je prends le vent en marche
sur ses bottes de sept lieues
et ses vagues immenses
comme des continents.

 

Je prends le ciel en marche
avec son cœur solaire
et ses larmes ouvertes

au rire des oiseaux.
Je tends vers les étoiles
mes deux poings désarmés
découpant l’infini
à même les nuits blanches.


Entre l’orage et le soleil
le temps prépare son jardin.
Entre l’ange et la racaille
la beauté fait fleurir
les branches du béton.

 

Malgré ses jambes malades
le temps court vers la mer
et marche sur les eaux.
Sous sa peau de lucioles
la terre parle au ciel
le braille des lumières.

Je n’attends plus la mort.
Je t’attends
comme un afflux de sève
dans la tête du caillou.

 

Jean-Marc La Frenière

Publié dans Poésie

Commenter cet article