Moitié chair moitié papier

Publié le par la freniere

Moitié chair moitié papier,

moitié d'encre et de sang,

moitié les autres dans mon je,

je n'écris jamais seul.

Je saigne de toutes les blessures.

Je suis ce que j'ignore

et que les autres savent.

Moitié rêve moitié réel,

j'en ai passé du temps

à goûter chaque mot

comme on suce un noyau.

Avec un frrt entre les lèvres,

j'en recrache le sens.

Ne sachant pas que dire ni que faire,

j'imagine un pays où régnerait l'enfance.

 

Jean-Marc La Frenière

Publié dans Poésie

Commenter cet article