De passage

Publié le par la freniere

Le même vent qui couche les roseaux

soulève des tempêtes.

La même pluie se mêle à la terre.

Le même poing s'ouvre ou se ferme

selon qu'il sème ou non.

La même neige s'enflamme

selon qu'on s'aime ou non.

 

Nous sommes locataires

dans la maison des plantes,

à peine une poussière

dans la maison de l'air.

 

Nous sommes de passage

dans la maison des hommes

et déplaçons les meubles

dans la chambre du cœur.

 

Jean-Marc La Frenière

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article