Les filaments du coeur

Publié le par la freniere

Pourquoi sommes-nous si loin?

Il faut sans cesse casser les amarres

et naviguer très haut dans la maison de l'air.

 

Je te trouve partout

en haut des arbres,

au ras des ombres,

partout entre les lignes,

dans la neige et la pluie.

Les ailes de tes jambes

me permettent de voler.

 

Je te trouve partout

exactement sous le soleil,

dans les gestes et les mots,

entre l'encre et le sang,

partout parmi les oiseaux nus,

les fruits ouverts,

les muscles des rivières,

le chant des branches,

les coffres à baisers,

les filaments du cœur.

 

Je te trouve partout

sur les prélarts et les fontaines,

les yeux vitreux des murs,

dans les trous d'ombre et la lumière,

le noir, le blanc et les couleurs,

les temps forts et les temps faibles.

Nos œufs éclosent

sur la paille du cœur.

 

Mon corps trop vaste pour moi seul

n'attend que ta lumière.

 

Jean-Marc La Frenière

Publié dans Poésie

Commenter cet article

Nath 10/08/2016 15:08

Après de nombreuses et silencieuses lectures, je me dis aujourd'hui, je vais lui dire, vous dire le merveilleux de votre écriture, le merveilleux de chaque univers enchâssé en chaque phrase. Même le point chez vous est une musique ! MERCI .