Bras d'honneur

Publié le par la freniere

Bras d'honneur

i.m. Armand Robin

 

Sous-culture de super-marché
poésie douce-heureuse
potage de fraternité-égalité
où flottent spongieux et insipides
les croûtons du pain de la liberté

Il y eut en d'autres temps
la gestapo la mort aux trousses
la terreur intellectuelle
et ses citadelles staliniennes
de ténèbres et de trahisons

Toutes révolutions éteintes
les peuples furent déglutis
par le grand sommeil fraternel
de la consommation à foison
et des reniements lucratifs

Résistance ânonnent-ils
socialistes moroses privatisés
écologistes en cocons ikea
communistes embourgeoisés
prolétaires propriétaires à crédit

Fastes d'un fascisme libertarien
en vue de lendemains assourdissants
chasse aux sorcières à la burka
il faut tuer dans l'oeuf le poussin noir
étouffer les braises ardentes du passé

C'est le bal de charité de l'oncle Sam
d'un massacre à l'autre avec l'assentiment
de cette salope de communauté internationale
qui mène la danse de plomb des damnés
"Au nom de rien on supprimera l'homme"*

Que restera-t-il alors ? des livres illisibles
des paroles de diplomates et d'experts collaborationnistes
des patrouilles militaires dans les gares des flics terroristes
partout des curetons diplômés de la bien-pensance
des BBHL des PPDA, des CRIFS et un Islam de France

Il fut un temps de vaches maigres et de chiens enragés
un temps de camarades battant le tempo des combats
où des voix se levaient des poings fiers s'affranchissaient
que sont nos frères d'antan devenus qui pouvaient
"parler dans la langue de tout pays qu’on aura privé d’expression"

Courage! citoyens du monde, professeurs ouvriers laissés-pour-compte!
"vaincre sans aucune arme d’aucune sorte
l’énorme silence qui recouvre en ce moment sur terre
la tentative d’assassinat de toutes les consciences"
Ainsi disait le poète anarchiste Armand Robin.


 

André Chenet


 

Le 09/09/2016, Latitude : 34°36′47″ Sud Longitude : 58°22′38″ Ouest

*Les vers entre guillemets sont extraits des écrits du poète Armand Robin

Illustration : Francisco de Goya, Désastres de la guerre
« Quel courage ! » : gravure extraite des Désastres de la guerre (1810-1814), série d'eaux-fortes de Francisco de Goya.

 

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article