Chronique d'une guerre annoncée

Publié le par la freniere

La guerre elle grogne gronde rugit
la guerre éclate avec des feux d'artifices
des chants patriotiques des foules béatifiées
La guerre au Nord au Sud à l'Est
partout où ne nous ne sommes déjà plus
la guerre à l'Ouest sur grands écrans étoilés
comme des vitrines de Noël à Paris ou à New-York
la guerre avec ses godillots trempés de sang
sur les routes déchiquetés de l'exode
la guerre à hue et à dia comme un cheval hurlant
dans le cauchemar de Guernica ou de Stalingrad
La guerre avec ses cortèges de larmes et de funérailles
sous un déluge de missiles phosphorescents
avec ses tombereaux d'innocents inconscients
poussés dans des fosses communes de l'oubli
La guerre qui rend sourd aveugle et dur
pulvérisant les peuples paisibles de la terre
La guerre décidée par les Grands Propriétaires
les extorqueurs sans coeur les pilleurs de trésors naturels

qui n'ont d'autres loisirs que de célébrer traîtreusement
une victoire vaniteusement et lâchement acquise
avec des comptes en banque des richesses volées
des chiffres abstraits dévastateurs leur assurant
un paradis de pacotille et de dorures sans avenir
la guerre bardée de propagandes brutes dresse des frontière de fer
des forteresses iniques au milieu d'un océan de détresse
la guerre n'est pas une fatalité mais une pathologie
à laquelle nous devons nous opposer violemment
quitte à y sacrifier notre coupable confort égocentré
et nous reconnaître dans le premier regard de la gazelle et du lion

dans le vol majestueux de l'aigle et la course éperdue du lièvre
dans le moindre brin d'herbe et l'érosion lente de la pierre
La guerre la guerre la guerre


André Chenet

 

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article