Sous le signe de la poésie

Publié le par la freniere

ALTAÏR
                                                          
"Le jeûne de l'amour aboutit ICI"
                                                  Henri Michaux,  In "Chemin Cherché"

                                                  I
                                       
                            Chaque jour à l'aube                                                                                                  
                                               LA DEFERLANTE
A l'assaut de la colline                                
                     monte la pente
A midi se retire
                     à perte de vue à perte de vie
                    brave les algues de l'oubli.

Quand s'ouvrira la porte, jouant la proue
                    elle fera fi
                    de ces turgescences marines

Fera feu et flamme et fer rougi
                             poussé à bout
                                                 poussé à blanc
                                          pour abattre à bout portant
                                                                 le héros du crime                                



              II
 Toi
A la fois

              dans le même temps
mon rêve                            
              et mon cercueil
que j'enlace, et le griffe et le délace.
                           
Je te dégrafe 
et te brasse et t'émonde
             le mouds, le broie
                          me recueille…
                         et me lance en traverse.

Je prends                                                           
             la traverse
                         la voie royale
                          jeu de paume
                          jeu de qui perd gagne.
Appel au fou
Appel au feu
Sous le feu près du fou garde-flamme
             peut-être est-ce maintenant
                          que l’amour 
                                    en est à son commencement.



III 


 Nous étions
                   coques confondues 
                   lianes enlacées
Aujourd'hui - déjà - nous serons
                  coquilles ou chèvrefeuille    
et tout ce que le ciel inventera. 

                                                       Et si les mots à dire
                                jouaient à s'inverser?...

Nous serions demain - encore -
                                           coques enlacées
                                        lianes confondues

et coquilles enroulées
                 chèvrefeuilles retournés
                                           chèvres effeuillées 
                                                                feuilles imbriquées.
                                           
Retournés enroulés fondus et enlacés,
dans la fournaise
               les chevaux tireraient des bords
               les oiseaux fuiraient les jeux de l'air
               les bateaux blancs battraient des ailes .        
                     
Sable et neige sublimés
sur la couche se fondent en un les vivants, les vitraux,
               un gisant à deux dos se retourne
                                               se déhanche.


                L'homme sirène
               et la femme centaure
                                   pénètrent de concert
                                               la mer sans un pli
                                               le désert sans un souffle

                                  (où gronde en sourdine          
                                  venant de loin, allant très loin)    

                                                                    le désir sans ride        
        
IV

A l'aveugle musical
au sourd voyageur
les mots sont rares et difficiles, le travail factice.
Sa chevauchée ne déjouera
 jamais les mystères de l'être.

         Sur quelle courbe peser 
        descendre quelle rivière    
        quel océan atteindre
                                        par-delà les frontières de liesse...

Renouveau, Renouveau, pourquoi as-tu fui
toi qui portais le monde en semence?
        La vague
        à l'âme mêlée installe sa métaphore
        fourrage la solitude à l'excès
                                        l'abandon sur sable en mouvance.


A garder racine, on perd mémoire pour demain
jouxtant le vide, la dérive      
                                        on cherche, on somnambule.


Là où mène le cirque vital
on dérape, on dérange, on déjauge       
                                        on hasarde on limoge.

Le dédale des murs mitoyens délite, lézarde
le pire du dedans - la furie -
         l'envers du décor, la fureur sous la mort.

S'abstraire
         retrouver, conquérir le silence hautain,
Signifier à l'oiseleur
                        son congé
                               (veut)
                                     dire aussi            
  
                                       LIBERTE

 

Nadine Lefebure

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article