Tant qu'il y aura des hommes

Publié le par la freniere

Tant qu'il y aura de l'argent, il y aura des pauvres et des riches. Tant qu'il y aura des dieux, il y aura des athées mis à nu et des croyants armés. Tant qu'il y aura des banques, il y aura des imbéciles heureux pour croire aux promesses d'élection. Tant qu'il y aura des enfants perdus, il y aura des juges spéculant sur la mort. Tant qu'il y aura des hommes, il y aura de l'hommerie et des vendeurs de chars. Il y aura malgré tout des âmes-soeurs qui s'aiment, de la tendresse en friche, des caresses à donner, des coeurs empressés et des baisers volés. Tant qu'il y aura des mûres, des framboises, des talus à primevères, il y aura aussi des ronces déchirantes. Tant qu'il y aura des mégots dans la gorge, des fleurs dans les poubelles, il y aura des fées pour naître dans les choux. Tant qu'il y aura des pierres, du silex et du bois, il y aura du feu. Tant qu'il y aura des mots, des mômes qui font du bruit, des gens qui manifestent, de l'énergie solaire, des barques sans moteur, il y aura de l'espoir. Tant qu'il y aura la nuit, la peur des fantômes et l'aboiement des chiens, il y aura le jour. Tant qu'il y aura des poubelles à vider, il y aura des ombres courant dans les rues vides. Tant qu'il y aura du monde pour déchaîner les ondes, du mou dans les cordeaux, du lousse dans la tête, du foin à la place du fric, des mains qui sentiront la femme, l'amour, les frites ou la compote de pommes, des mains de menuisiers sur les rabots, des mains de pianistes ou d'accoucheurs, des mains à plume ou à marteau, des mains annuelles aux 365 doigts offerts, des mains de sable au bras du fleuve, des coups de main, des coups de tête, il y aura des hommes restés debout, des enfants en révolte, des femmes enceintes ou en chaleur. Tant qu'il y aura des nuages trop pleins, il y aura pendant la pluie des larmes universelles. Tant qu'il y aura des fraises, de l'eau d'érable et des poèmes, des guêpes en liberté et des abeilles vivantes, il y aura du miel. Tant qu'il y aura la mort, il y aura la vie.

Jean-Marc La Frenière
 

Publié dans Prose

Commenter cet article