Asli Erdogan

Publié le par la freniere

Asli Erdogan

C'est la prison à vie qu'ont réclamée jeudi dernier (le 10/11/2016) les procureurs d'Istanbul contre Asli Erdogan ! Et l'emprisonnement d'une romancière jusqu'à sa mort, c'est l'assassinat prémédité d'une littérature qui entend rester libre ! Alors si les théâtres et les lieux d'art demeurent des lieux vivants sur ce vieux continent, des lieux soucieux d'humanité et d'une littérature encore en vie, alors ils doivent aussi servir à diffuser la parole d'une romancière emprisonnée pour ses écrits. Lisons les textes d'Asli Erdogan à voix haute, partageons leur beauté face à un Etat devenu assassin. Jusqu'à la libération d'Asli Erdogan !"

 

Tieri Briet

 

 Une pétition exigeant la libération immédiate d’Asli Erdogan circule, vous pouvez la signer ici. 

 

Si l’on veut écrire, on doit le faire avec son corps nu et vulnérable sous la peau... Les mots ne parlent qu’avec les autres mots. Prenez un V, un I et un E et vous écrivez Vie. À condition de ne pas vous tromper dans l’ordre des lettres, de ne pas, comme dans la légende, laisser tomber une lettre et tuer l’argile vivante. J’écris la vie pour ceux qui peuvent la cueillir dans un souffle, dans un soupir. Comme on cueille un fruit sur la branche, comme on arrache une racine. Il te reste le murmure que tu perçois en plaçant contre ton oreille un coquillage vide. La vie : mot qui s’insinue dans ta moelle et dans tes os, murmure évoquant la douleur, son qu’emplissent les océans.

 

Asli Erdogan

Publié dans Les marcheurs de rêve

Commenter cet article