Marcel Moreau

Publié le par la freniere

Marcel Moreau

CORPS écrivant et éprouvant à tout instant à quel point les mots qui lui viennent sont des acteurs vivants et spontanés d’un événement en quelque sorte théâtral, les didascalies et les praticables en moins, de telle sorte que le lecteur croit lire un roman qui s’adresse à son esprit alors que c’est un drame historique dont sa chair est l’un des protagonistes, quoi qu’il fasse.

CORPS qui, au fur et à mesure qu’il écrit et s’écrit, semble se prêter en continu , jour et nuit, aux allées et venues d’une troupe de forains pirandelliens et insomniaques en quête de l’auteur d’un ouvrage pourtant bien là, puisque de lui dépend que les saltimbanques cessent d’être des comédiens irrésolus pour devenir des tragédiens belligérants,chtch chtch chtch

 

Marcel Moreau

Publié dans Les marcheurs de rêve

Commenter cet article