In mémoriam

Publié le par la freniere

à Céline Desmarais

 

Quatre ans jour pour jour

à lutter contre la mort,

c'est dur en tabarnak.

Une plume pèse une tonne

à tremper dans le sang

et traquer les blessures.

Des becs d'oiseaux noirs

dilacèrent la peau,

déchirant les viscères.

Ma femme est morte la veille de Noël.

La cancer du sein

brûle la chair jusqu'à la cendre.

La mort dans l'âme laisse un trou

où je titube encore.

Personne n'a pleuré dans la crèche en plastique.

Le P'tit Jésus s'est tu entre l’âne et le bœuf.

L'étoile des rois mages

c'est l'âme de ma blonde

qui continue de briller.

Elle m'éclaire de loin

comme une étoile morte.

 

Jean-Marc La Frenière

 

Publié dans Prose

Commenter cet article