La vieille érablière

Publié le par la freniere

(Photo JD., Béthanie, 4 décembre 2016).

(Photo JD., Béthanie, 4 décembre 2016).

Voici mon premier mausolée pour le fond de la nuit, disait l'auditeur satrape à son maître. 
— C'est un peu charivari tout autour! 
Non, maître, c'est la vieille sucrerie un peu en démanche, certes, c'est le chagrin, c'est comme ça, ce sont les valses, puis la solitude, les saisons manquées, les mauvais dire, les vents, la grêle, les bêtes, l'oubli. Pourquoi s'en faire s'il s'agit ici de gésir sans plus jamais révérence? Mon maître, ne voyez-vous pas le lutin au sapin de lumière?


Jacques Desmarais

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article