La caravane passe

Publié le par la freniere

La caravane passe

et les chiens pleurent

ils n'ont pas réussi à dévorer les pauvres

il leur reste des yeux plus grand que le ventre

pour y ranger la lumière vide de leur faim

et aussi les mots imprononcés

les phrases courtes comme de la rage

et des tonnes de cris qui, un jour,

submergeront notre paisible inertie

je le sais, chacun le sait et l'attend

pour se délivrer

du mal absurde et coupable

de n'avoir ni faim ni froid

ni des bombes au-dessus de nos têtes

le mal absurde

d'être vivant

et de ne jamais guérir d'oublier

ceux qui meurent


Dominique Sampiero

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article