Laissez une fenêtre

Publié le par la freniere

Laissez une fenêtre ouverte à votre maison entre la voie ferrée et la rivière
Je vous entends, j'entends les bruits du repas, votre enfant,
Je vous entends murmurer dans votre premier sommeil,
Je viendrai tout à l'heure rôder dans la cour, les chiens seront calmes
Ils viendront à mes pieds
Vos rêves passent avec des mots épars ils s'en vont dans la rivière escortée de flambeaux
je veillerai sur vous dans la pelisse de la nuit et le museau des chiens
Au premier bruit de l'aube, je partirai
Vous pousserez le volet, vous ne saurez jamais que j'étais si près de vous.

 

Jacques Bertin

Publié dans Poésie à écouter

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article