Le niveau du réel

Publié le par la freniere

Les millionnaires ont fait main basse sur la présidence des États-Unis. Ce ne sont pas les riches qui aideront les pauvres. Les banquiers me font peur. Ils vont jusqu'à compter les oeufs dans le cul de la poule. L'administration des arbres n'a pas d'horaire fixe. Les feuilles s'agitent selon le vent. Les bourgeons s'ouvrent selon le temps qu'il fait. La neige n'efface pas tout. Quelques toits sont des mouchoirs crasseux. Le plus beau jardin reste à la merci d'une pluie chichiteuse aux gouttes éplorées. L'oiseau est maigre sans son manteau de plumes. Qu'en serait-il de lui s'il ne prenait son vol comme un clochard prend la plume? Tous les enfants s'amusent avec de très vieux pneus, les chats avec leur queue, mais aucun mot ne sensibilise les comptables. Le niveau du réel n'atteint jamais celui du rêve.

Jean-Marc La Frenière

Publié dans Prose

Commenter cet article