La main hantée

Publié le par la freniere

La main hantée, on devient une histoire trop
lourde pour une femme, une barbarie à fleur de
peau. Tu as connu des prédateurs de toutes les
époques et toutes les époques guettent chacun
de tes gestes. Tu es une poète aux ongles noirs
et tu le resteras. Tu n'as plus l'âge des concours
de beauté, plus l'âge des vers montés en
couronne pour la gloire des visages, ton miroir
te renvoie maintenant les rides de ta mère.
Vieillir ne t'apporte aucune sérénité, aucune
sagesse, seuls les ravages d'un désert où tes mots
ne peuvent rien pour les otages démantelés à
coups de sabre comme des monuments millé-
naires. Et pourtant tu rêves de poèmes qui
réveillent la tendresse des dieux, même s'il
faut les appeler prières ou oraisons. Tu es
ta propre contradiction.


Louise Dupré

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article