Patience des fauves

Publié le par la freniere

Un prix pour le pain,
un prix pour les affiches,
un pour le péage de l’autoroute,
le granulé pour le poêle,
un prix pour les chaussures du petit,
un prix pour le kiné qui te répare l’épaule,
et toi, le poète, tu coûtes combien ?
Tu le chiffres comment, le kilomètre à pied,
le vers qui te réveille la nuit,
la question qui te brûle le cerveau pour bien la formuler,
l’élagage de phrase, au mètre cube ?
Personne ne veut payer l’immatériel ?

Sandrine Cnudde

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article