René Printemps

Publié le par la freniere

Entre les branches, le printemps éphémère...
C'est comme un ancien dimanche qui se détache
dans ce pays de boucane un peu perdu
où parfois l'on souhaiterait être sioui
pour saisir le temps à venir
entre l'ail des bois et les crosses de violons,
pour être rené avec tous les remèdes de lièvre
qu'on retrouvera dans le bois
ma mignonne, ma mignonnette
Il y a longtemps qu'on fait de la politique
disent les belles McGarrigle
Mais quel est l'enjeu de la chanson?
Après l'eau d'érable qui ressuscite le dedans
viendront sous les feuilles bises, mortes naguère
les échappées rabougrises, les échappatoires de lèvres,
les échauffourées, les coupures épistémologiques!
Rappelle-toi mamie les pommiers en fleurs au huit de mai
Rappelle-toi le comité de la franche insurrection
presque invisible comme chants d'oiseaux
au loin dans leur miracle qui miroite
Rappelle-toi donc que je te veux vivante
et sacrée au plus profond de nos ébats.

 

Jacques Desmarais

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article