Air d'été

Publié le par la freniere

En ce printemps tardif
au cours duquel chacun a rêvé
d’être ailleurs ou plus tard,
l’été s’annonce enfin… Je m’arrête
ce matin pour écouter « La Truite »
de Franz Schubert. Tout à l’heure,
je vais m’asseoir sur la terrasse
avec un livre dans l’espoir d’emmêler
un peu d’air frais et le chant des oiseaux
entre les lignes et dans les phrases
que je murmurerai. La vie s’annonce
avec les promesses de l’été : la flânerie,
la lenteur, les randonnées sans but,
mais surtout l’obligation de n’avoir
aucune obligation ! On y est presque…

Claude Paradis
20.05.2017

 

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article

ptitjoz 07/06/2017 11:28

le printemps s'essouffle et l'été arrive
merci de ce partage