Dialogue au bout des vagues

Publié le par la freniere

J'ai cru à l'éloquence des feuilles mortes
à Erzulie* femme d'amour qui fait bander et rougir les
sexes éparpillés
J'ai cru à Damballah* le dieu blanc aux rêves de serpents
J'ai cru aux vaccines* à résonances nègres de sueur et de
danse banda
J'ai cru à la justesse des luttes antiracistes au partage
à l'amour aux Sources du Vaucluse
J'ai cru à l'écartèlement à l'éclatement à l'orage au brasier
J'ai cru à la marée aux trêves de l'Histoire
J'ai cru aux effluves de fritures de graisse et d'huile chaude
J'ai cru au soleil sur nos rancunes et notre désarroi
J'ai cru au poisson-gros-sel aux lambis boucanés
au carangue* sur les grèves étriquées de cette terre
nôtre
J'ai cru à la parole libérée à la démence du verbe
à Port-au-Prince qui s'éveillât emmurée un matin
au milieu de peintures de jardins et de poèmes
emmêlés
J'ai cru à l'enfant qui naît à l'être défloré à l'Homme universel
à la Paix aux étoiles martyrisées
J'ai cru à tes chants taillés dans le silex l'ébène et la pierre
J'ai cru enfin à toi à ta façon d'exister à ton amour à tes mots
ces mots d'honnêteté de pureté d'intégrité
et d'aube franche


 

Gérald Bloncourt

Paris, avril 1988

 

*Erzulie: Déesse vaudou très belle et très jalouse.
*Damballah-Wedo: Dieu vaudou identifié au serpent.
*Vaccine: Tronc de bambou utilisé comme instrument de musique.
*Carangue: Dénomination créole d'un poisson très dangereux.

 

glané sur Emmila Gitana

 

Publié dans Poésie du monde

Commenter cet article