La petite vierge bleue en bois peint

Publié le par la freniere

La porte de l'église grince et se referme mal. J'entre dans une odeur d'encens, de silence, et de bois ciré. Un bouquet de feuillage roux à la main, je vais vers la niche de plâtre et sa petite vierge bleue en bois peint. Sur sa voûte, je dépose les rousseurs d'automne. Le mur s'illumine. J'allume deux bougies, une pour la famille, une pour le monde, je ne pense à rien, un geste presque païen. Je m'assois sur le banc, devant l'autel. Du vitrail, descend une lumière irisée. Rien ni personne ne prie mais tout est présent. Des choses immobiles respirent paisiblement. Sur le tissu blanc de la pierre d'autel, une lampe rouge brûle comme une fleur. L'instant est total, ce qu'il dure, sans importance. Je me lève. En partant, je touche le bénitier, il est sec, et doux. Je dis au-revoir et merci comme ça, dans une caresse de marbre blanc. La porte grince et se referme mal. Dehors, le soleil ruisselle.

 

Ile Eniger

Publié dans Ile Eniger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article