En désespoir de cause

Publié le par la freniere

Encore sous le choc d'avoir été mis de coté par le Café qui nous accueillait pour le Festival de la Paraculture, j'avais préparé un discours en forme d'hommage à tous le militants chrétiens, athées, métis qui m'ont influencé dans la théologie de la libération, que ce soit Mgr Câmara ou Oscar Romero assassiné en pleine église par les factions d'extrême droite, je pense aussi à Louis Riel mystique métis, fondateur des pays du Manitoba, pendu par les sbires du fédéral, à Olivier Chénier assassiné lui aussi par les troupes loyalistes qui lui ont arraché le coeur, à Salvatore Allende qui lutte jusqu'au bout pour défendre la démocratie contre les fascistes de Pinochet au Chili, je pense à Desmond Tutu en Afrique du Sud et à l'abbé Pierre, résistant et fondateur des disciples d"Emmaeus, je pense à mes ancêtres Painchaud, Joseph, fondateur de la Société St-Vincent-de-Paul et Charles-François, fondateur du Collège d'Agriculture de La Pocatière. Nommez-les, ces apôtres du quotidien dans les syndicats catholiques, le Père Legault, le Père Lussier, les fondateurs de la Faculté des Sciences sociales de Laval, Marie Victorin et son Jardin Botanique, un des premiers chantiers sociaux de notre histoire, en les saluant je voulais honorer le Père Emmets John alias Pop's et son Bon Dieu dans la rue...
Et voilà mon discours: " On peut pas rester dans nos tours d'ivoire à regarder le monde s'en aller vers l'abime sans lever le petit doigt. C'est çà le pouvoir de la rue. Chaque geste posé à l'ombre des dominants, chaque soupe populaire organisé dans les parcs et partout, chaque opération de vide-grenier pour amener de la chaleur dans les rues, chaque achat local auprès des artisans, chaque opération d'entraide est une action révolutionnaire dans la Paraculture. Quand tu travailles sur un projet d'expositions collectives ou une chorale de quartier, quand tu montes un show bénéfice pour une amie qui part un projet ou un voyage, quand tu crées un fanzine ou un journal de quartier, tu fais une brèche dans la carapace du système capitaliste, système de l'égoïsme, de l'individualisme à outrance,, du mépris des classes laborieuses par les "Tim Horton" de ce monde. Impliquez-vous qui disait! Dans vos organismes populaires, vos syndicats, vos garderies, vos centres communautaires. Impliquez-vous dans la politique citoyenne, dans les partis, ou les groupes de pression. Intéressez-vous à vos amis, à vos proches, à votre famille, aux ainés. Ne vous laissez pas encarcanner par les modes, la télé, les jeux vidéos, les drogues fortes, le "câlage" de shooter, l'internet, sortez, fréquentez les maisons de la culture, les bibliothèques, les centres d'artistes, les parcs thématiques comme le jardin botanique ou l'insectarium. Programmez votre vie, au lieu d'être robotisés par "Power Corporation", "Québécor" ou "Cogéco", "Google" ou "Youtube" et autres faces de boucs. Inventez vos réseaux, vos clubs sociaux, vos magasins-partages, vos cuisines collectives, créer votre propre entreprise, cultiver l'autogestion, partez des coopératives de solidarité dans tous les domaines.
Ouvrez vos yeux, ouvrez vos portes, ouvrez votre esprit, notre époque est opaque et critique, mais il ne faut pas baisser les bras. La terre bouge et la vie y grouille depuis 4 milliards d'années, il y en a eu des extinctions de vie, il y en a eu des bouleversements géologiques et cataclysmiques, il y en a et il y en aura des phases de réchauffements et des glaciations. Cycliquement nous nous adaptons, la terre a un coeur qui bat en son noyau et nous rythmons notre présence avec nos pas, nos avancées, avec nos possibilités, nous venons des étoiles, un jour nous y retournerons, nous sommes des Stars de la Paraculture et avec Pop's, ce soir nous rayonnons pour vous, merci. Accueillons maintenant les artistes....

 

Alain-Arthur Painchaud

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article