L'attisée

Publié le par la freniere

Des mains de l'hiver lèvent les graines. Tout pousse sans bruit, pas de tapage pour la merveille. Ne seraient les verts aux doigts des arbres noirs, rien ne ferait printemps et sa saison première, son temps de prima vera, de petites effrontées haussant leurs joues empourprées hors des terres. Au point vernal, une insolence colore et défait l'austère matrice. Si une hirondelle ne fait pas le printemps, elle signe au ciel et aux sèves, l'attisée des délivrances. Un brin d'espoir en équilibre sur le fil, les heures d'équinoxe aboutent la planète. Cela valait bien un accueil, un sourire, un remerciement, quelques mots, rien de bien poétique, en tout cas bien moins qu'un chant d'oiseau et ce jour après jour d'herbe réconfortée et d'eaux de menthe fraîche.

 

Ile Eniger

Publié dans Ile Eniger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article