Le voyage du poème

Publié le par la freniere

à Mokhtar El Amraoui,

Je ne le terminerai pas
ce poème
c'est plutôt lui
qui m'achèvera
et je serai comme une fleur des champs
humble parmi les herbes
dans la lumière de midi
ainsi offrirai-je ma vie
au promeneur attentif
parmi les rumeurs terrestres
il me cueillera délicatement
et après m'avoir pensivement contemplé
il me déposera avec délicatesse
entre les deux pages d'un livre
qu'il refermera pour toujours
jusqu'à ce que bien des années plus tard
un écolier le rouvre
et me découvre
étoile sèche et plate
à la couleur indécise du temps passé
qui sait alors
si ce lecteur hasardeux
sentant monter en lui
l'âme de mon poème
en saisira l'essence subtile
pendant qu'il esquissera
- comme à son insu -
les mots tremblants et inattendus
d'un premier poème.

André Chenet


 

 

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article