Rugir

Publié le par la freniere

Le ciel renouvelle ses eaux, s'arrête pour mieux les compter, et recommence. Le ciel est en travaux pratiques. Debout au seuil du vide, c'est à toi que je parle, que je ne connais pas, que j'espère du fond de la caverne. Je te cherche, je te crie, je t'appelle. Nettoie les avoirs, les pillages, les hideurs. Arrête les agitations, les verbiages, les illusoires rassemblements, les réseaux de basses-cours, les discours menteurs, les sentences insensées, les égoïsmes barbares, les suffisances mortelles. Libère la respiration primale, la parole nue, la silencieuse, la pudique, l'exemplaire qui sonne clair comme un bol tibétain. Lave la vie aux hautes sources, conduits à l'indivisible. Et si je ne te sais, si je ne sais t'entendre, laisse rugir ton silence, l'écho sacré.


Ile Eniger

 

Parfois le train des douleurs percute le quai paisible où l'on croyait le temps arrêté
Parfois un conducteur irascible le convoyeur des enfers enfonce le fer et le feu dans la vie
Parfois le certain des fleurs et l'odeur des matins tranquilles bascule
et mon impuissance est un couteau amer dans l'épaisseur du jour

 

Jean-Michel Sananès  à propos de "Rugir"

 

Publié dans Ile Eniger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article