Journal de bord

Publié le par la freniere

Journal de bord de Ste-Émélie,18 Juin

Dernier rush printanier, encore quelques coups à donner, quelques coups à recevoir, les bleus de Mai, les marques rouges de Juin, le coup de marteau sur le pouce a pris les couleurs du violet. Mon visage prend les couleurs du métis jaune orange, c'est la saison des Rock Larue et des Swing Lacampagne.
J'ai commencé à aménager mon bureau, j'ai jeté des paquets de facture, des photocopies de projet, des tentatives d'affiche, des tonnes de no
te et de listes d'artiste... J'ai du bouleau sur la planche à dessein pour passer à l'étape ultérieure du Festival de la Paraculture...
Comme un vieux projet de mon frère
Régis Painchaud, qui rêvait de créer une Maison-Usine-Taverne, c'est toujours le même lien historique de la reconnaissance des Travailleurs Culturels du Québec qui nous anime, la Maison pour la Fraternité Humaine, l'Usine pour les Pratiques Artistiques et le Travail-Passion et la Taverne pour pour la Fête et la Représentation.
Les centres culturels devraient avoir une micro-brasserie, une cuisine collective, une résidence d'artistes et une auberge dans chaque ville et village. Une mélange de Long House et de Club Social, entre le privé et le public pour reconstruire des ponts sans appel d'offres, sans augmentation de coûts, pour une passerelle entre les générations. Hi! Hi!
C'est la saison de la haute couture pour les machines à coudre et à découdre, les fesses à l'air, tout au long du jour et de la nuit, les régiments d'insectes sont prêts à l'attaque, la chair fraîche et les senseurs sont en action, rayons X, radars, bio-détections. Les marteaux piqueurs, les nids de poule et les cônes oranges ont changé de nature, le tapis qui se déroule sous nos yeux est rempli de couleurs complémentaires, des fois phosphorescentes, des fois fluo-compacts, imitation parfaite des proies et des appâts.
Je pars avec ma machette me frayer un chemin jusqu'à la clairière, je vais chasser la grenouille avec mon fanal et mon filet, je vais bousculer l'ordre établi et mettre de l'ordre dans l'établi, brin de scie et vieux clous, attention la balayeuse s'en vient...

 

Alain-Arthur Painchaud en concierge animé

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article