Je le dirai toujours

Publié le par la freniere

Tes yeux palpitent comme un coeur. Tes battements de cils accompagnent ma voix. Tes mains volent comme des oiseaux. Tes hanches coulent comme un fleuve dans le lit de mes bras. J’ai planté mon oreille en plein centre de toi. J’écoute la lumière monter jusqu’à tes yeux. Je suis ouvert en toi comme une terre en jachère. Tu peux semer ton âme au milieu de mes os. Ton rêve dort en moi et me tient réveillé.

Mes plantes s’ennuient de toi, mon amour. Elles veulent ta parole, ta présence, ton eau et je veux tout de toi. Mes lunettes s’embuent sans tes yeux grands ouverts. Ma peau rapetisse sans tes caresses. Mes plantes de pied se perdent sans ton pot. Je ne perds pas le nord mais perds la boussole. Quand tu es là, tout est là de ce qui fait le plus beau de la vie.
 

J’aime te coucher nue entre mes pages. Tu es belle partout des deux côtés de la peau. Quand la lumière te déshabille, elle éclaire mon âme. Tu es comme ces arbres aux branches pleines d’oiseaux. La houle de tes lèvres inonde ma parole. Nous échangeons nos syllabes en attendant que nos mains se frôlent. Tes phrases me caressent la peau et me touchent partout. Je te réponds avec la langue de mon corps.

Je n’ai qu’une chose à dire ce matin, je t’aime. Je le répéterai demain. Je le répéterai toujours.

Jean-Marc La Frenière

Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article