Jeu en bois franc

Publié le par la freniere

Jeu en bois franc,
mackinaw qui claque au vent
et autres maroquineries
pour
Jean-Marc La Frenière
J’devrais, je pourrais dire bien...
autrement dit
que ce rôdeur dans la lignée des frênes,
creuseur de chapes visibles
à froid à chaux et résine aussi
(et pourtant, les pesticides...),
est l’un de mes écrivains favoris.
Je le retrouve toujours sur le Tardif
cet ami du loup,
en train de profusionner surtout
images de jardins de mots d’oiseaux
qui le travaillent tant et tendrement
puis durement, en signe de grêle, de cuir,
de respir, de repos, de bran de scie,
de pavillon du détour;
les petits les gros avec leurs L qui sifflent,
qui toquent à son oreille
comme des frères
en train de marcher solide
dans ses promenades de grandes lunes,
tous vers une entrée de cour
qui mène par-devant-derrière
à l’enfance des écorces,
aux gadelles,
aux pommes Alexandre,
aux feuilles trouées de prose
d’érables à Giguère,
et plus bas, à la limite de la terre coloriée,
vers l’étang aux grenouilles
et à la glaise sur le bord de celui-ci
aux premiers abords
magie invisible
comme Rose-Ange
pour les yeux qui marmitent,
pour les mains...
Pour le coeur lièvre.

Tous vers les pierres
saisissantes
le sacré beau
retentissement
dans l’air
qui n’en finit pas.

Jacques Desmarais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article