À la ligne

Publié le par la freniere

Je suis né sur une page

comme un verbe à finir

gavé d’encre et d’images.

J’ai grandi sans logique

dans une phrase étrange

 

On m’aura tout volé,

les fonds de mémoire,

le sens au fond des mots,

jusqu’aux rayons de la roue

dans le o d’un vélo

 

En signant de mon sang

j’ai sauté à la ligne

comme on saute à la corde.

J’ai traversé la vie

en marge de moi-même

poussant le point final

comme on roule un ballon.

 

Jean-Marc La Frenière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article