Sur un fil d'exil

Publié le par la freniere

J'aurais bien voulu mais je ne veux plus
la vie s'enfouit dans l'ici-bas
un arbre pleure au milieu d'un champs
et le printemps n'en finit pas de bleuir
chaque pensée est une fleur qui se fane
d'où jailliront des graines de feu ivre
je ne suis qu'un homme-oiseau
qui éprouve le plain-chant de l'amour
un homme aux ailes rapiécées
de chagrins anciens et de lettres vives
j'aurais tellement voulu venir avec vous
mais je ne sais pas ce qui m'en a empêché
Je préférais la liberté rebelle au réel mortellement réglé
ses envolées vertigineuses ses échappées belles
Je suivais déjà la voie impalpable du rêve
vous parlez de bonté mais votre coeur est froid
J'aurais bien voulu rester encore un peu
mais je n'ai plus envie de paroles vaines
voyez le monde autour de vous, ce qu'il en reste.

André Chenet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article