Avec des mains brûlées

Publié le par la freniere

Je ne suis pas d'ici
Je viens des nébuleuses
J'incise les époques
Et je joue sur les places
Des musiques douloureuses
Des chiens perdus hurlent dans l'Atlantique
Je commence un voyage
Avec les mains brûlées
Et je finirai bien
par faire de mon visage
Une île intraduisible.

Tristan Cabral
 

Dernier poème, et à mon humble avis le plus fort, du dernier livre de Tristan intitulé "Poèmes à dire", publié par "Chemins de Plume" (Nice), petite maison d'édition sise à Nice, dirigée d'une main fraternelle par l'ami Jean-Michel Sananès, poète d'une humanité à naître.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article