Carnet de bord, jour 10

Publié le par la freniere

J'errance
Entreprendre l'hiver avec en tête l'accomplissement d'un projet, d'un contrat, d'une idée, d'une expérience nouvelle, la marche silencieuse vers la paix de l'esprit et la vitalité du désir... L'errance, comme perspective sans fin dans le moment présent, suspendue aux cinq sens, bien arrimée à la terre et contemplant les cieux, tel un photographe comme Raymond Depardon ou Jacques Leduc, Pierre Letarte ou Réal Capuano, le clic où nait la photo après la recherche de l'instantanéité, dans les dunes mouvantes du désert ou dans les rues grouillantes de New-York, dans le silence d'une campagne verdoyante ou dans le vol chorégraphié d'une nuée de moineaux, dans le sourire magnifique d'un bébé dans les bras d'une mère ou dans le reportage de guerre dans les camps de réfugiés.
Photographier l'époque, la décadence d'une civilisation, modéliser une cartographie du futur, déjouer le passé argentique et sur-impressionner les possibilités des trous noirs, chaque fois que le doigt actionne le plaisir, la révélation s'installe en résidence dans l'absolu.
Rien ne peut nous arrêter, dans la foule en liesse ou dans les éclats d'obus, sous le tapis de détritus et dans la vallée de la mort entourée d'une ceinture de feux, nous sommes des kamikases du réel, toujours à l'affût d'un complot ou d'une nouvelle ascension, dans la marche à l'amour de Miron ou sur les pas du Bouddha, toujours éveillé à la souffrance du monde, en mode compassion, en mode documentation, en mode réflexion...
J'errance comme une gérance de la folie et des pratiques quotidiennes dans l'univers de la création artistique, dans le laboratoire et dans l'esprit de la recherche, dans les chambres multicolores et dans le confinement de la salle de montage, la lumière au bout du tunnel dans le train des destinations impossibles.
L'artisan devant sa machine à coudre regarde l'aiguille qui s'enfonce, il pense à la naissance du cinéma et à l'engrenage qui allait permettre le mouvement des images, l'itinéraire d'un scénario comme un plan d'attaque pour conquérir un continent d'histoire à inventer...
À lire et à voir, le livre de Raymond Depardon, "ERRANCE" textes et photos au Éditions du Seuil 2000, collections Points.

 

Alain-Arthur Painchaud, dans la chambre noire...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article