Les mariages d'oiseaux

Publié le par la freniere

Il y a de moins en moins de mariages d’oiseaux

sur les fils électriques.

Il y a de moins en moins de vieux paysans,

de plus en plus de jeunes hommes d’affaires

stérilisant la terre avec des pesticides.

Les rats de champs s’habillent comme les rats des villes.

Mes pieds ont déserté le béton

et j’ai du foin dans mes souliers.

En m’éloignant des néons,

je pensais penser comme un paysan,

mais je rêve en poète.

Il pousse sur ma joue

         le sainfoin d’une barbe.

La grammaire reprise le vieux paletot des phrases.

La vie s’habille dans un costume de saison.

Le manteau bleu du ciel n’est pas rongé de mites,

         mais du vol des oiseaux.

La casquette des montagnes les protège du froid.

Chaque nuit décroche un paysage de la patère du rêve.

On oublie ce qu’on met dans la remise du passé

Les mots y dorment parmi les vieux outils.

J’entends le bruit du temps

         comme une bête qui remue.

J’apprends à vivre comme on apprend sa langue.

 

Jean-Marc La Frenière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article