Entre les lignes

Publié le par la freniere

Il y a entre les lignes des mers pleines d’essence, des plages pleines de sable, des pages pleines de sens, un bout de pain pour la faim, un verre pour la soif. Il y a entre les mots des césures de silence, un vide faisant le plein pour se remplir le bide. Il y a entre les hommes des veines pleines de sang, des gestes pleins de sens, des tripes pleines de merde. Il y a entre les arbres des morts qui attendent l’humus où germent les semences. Il y a entre les phrases des cédilles, des c, des virgules, des points, des parenthèses ouvertes qu’on ne ferme jamais. Il y a entre les dents des mots chargés de sens, des risettes d’enfant, des larmes de vieillard. Il y a entre les yeux des regards de lumière, un excès d’ombre et de silence. Il y a entre les jours l’infini qui patiente et l’impatience des colères. Il y entre les heures des minutes pleines de temps, des secondes pleines de sang, des semaines pleines de tics et de tocs, des semences qui toquent pour qu’on ouvre la porte, des fleurs qui éclosent, des tatouages sur la peau des mots. Entre les mains il y a l’usure des choses, l’usage de la vie, une étincelle entre les doigts. Il y a des clous qui rouillent entre la chair des crucifiés, des ongles enfoncés dans la peau, des blessures qui saignent. Il y a des mains posées sur la rampe des départs, des épis sonores dans un champ de silence, des mésanges dans un champ de luzerne, des racines qui montent jusqu’au sommeil des feuilles. Il y a la direction à prendre dans le sens des choses. Entre les trous de serrure, il y a des clefs ouvrant la cage pour qu’on puisse flatter le tigre avant qu’il ne nous morde. Entre les comptes en banque, il y a des dépôts, des débits, des dépits, de la petite monnaie et des chèques sans fond. Il y a entre les hommes des liens qui les unissent, des images et des mots ponctués de souvenirs. Il y a entre chaque homme une âme qui relie les nerfs et la cervelle, les gestes avec le cœur, le sexe avec l’amour.

Jean-Marc La Frenière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article