Février

Publié le par la freniere

L'étoffe des mémoires se soulève, frissons échappés de la boîte à secrets. Février secoue les échines endormies. Je te pense mon pays, ma campagne provençale qui force le gel. Le trait bleu calcaire de la Sainte Victoire mord le ciel. Les sols fument aux petits matins. Se réveillent des odeurs acres, humides. Aux pieds des vignes noires, des pies fouillent le sol dur. L'ardoise des nuits froides aiguise ses micas. La craie blanche du jour écrit des aurores glaciales. Aux arbres dépouillés, des boules de mésanges font Noël après l'heure. Une poussée incrémente les bourgeons. Dans l'air pur transparent, on pourrait croire la vie figée. Pourtant, secouant le vieil hiver, une fleur d'amandier, rose aux joues et virginal cœur blanc, époussette la saison d'une impudente innocence.  

 

Ile Eniger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article