À Marcel Moreau

Publié le par la freniere

A Marcel
(Moreau)

Ou t'en es tu allé Marcel?
Ou es tu passé?
Avec ta horde de fous ligotés
Escorté par des squelettes sortis de chez Ensor...
Des monstres se donnant la main au bord d'un grand volcan, des beaux malades, des fantômes ivres et des clochards fiévreux de mots...

Tu prends des bains de lave au bord des précipices!
On ira en Islande je ne t'ai pas menti!!!
Et on jouera a invoquer les poètes depuis l'infini...

J'aimerais te présenter à Silvia, partie peu avant toi
Elle t'aurait plu
Mais sans doute les présentations sont déjà faites!
Vous devez fumer comme des pompiers la-haut et boire et parler et rire!
Et puis peut être que finalement il est plus simple de se rejoindre que de se rencontrer
Ce qu'on fait bien dans les nuages
Vous aimiez le flamenco tous les deux
Et saurez vous enflammer dans la parole ininterrompue

Je dépose pour toi Marcel
Pour vous deux Silvia
Des fleurs incandescentes
Des fleurs en flammes célestes
Des pétales prêts à prendre feu
Vos mots dansent en profondeur
Dans des robes souterraines et cela dégage des nuages noirs et rouges
Des nuits d'ivresse absolue
Des grandes étreintes dans le plus grand silence
Ou l'on se dit  l'effroi en faisant l'amour
En se dévorant de néant dans un ultime festin.

Aurélie Ondine Menninger

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article