J'ai rendez-vous

Publié le par la freniere

J’ai rendez-vous avec le foin et la paille des poèmes.

J’ai rendez-vous avec l’eau fraîche dans la coupe des mains,

le goutte à goutte de l’âme dans les os, de l’encre dans les mots,

des algues dans les eaux.

J’ai rendez-vous avec la terre, le soleil et la mer,

avec les hirondelles, les asperges et les fruits,

les bruits et le silence caché derrière la porte,

le vol des oiseaux sous les fusils.

J’ai rendez-vous avec le pain prisonnier de la faim,

les lèvres du baiser, le vin prisonnier de la soif ,

les oiseaux fanés dans le jardin du ciel.

J’ai rendez-vous avec Arsène Lupin, Robin des bois et Ravachol.

J’ai rendez-vous avec le temps

et les minutes qui manquent aux heures.

J’ai rendez-vous dans la mémoire des choses

 avec mes souvenirs et mes jouets d’enfant.

J’ai rendez-vous dans l’encre et le papier avec le bruit des mots.

J’ai rendez-vous avec les mendiants et leurs sous de misère,

le cœur aux quatre vents et leurs pieds dans les flaques.

J’ai rendez-vous avec les larmes, l’alouette en colère et les bêtes muettes.

J’ai rendez-vous avec l’aube et la nuit, le visage des hommes,

sa tombe et sa maison natale.

J’ai rendez-vous avec les nids, l’humus des racines,

l’entêtement des épis, le pointu des épines,

les fleurs qui poussent dans la neige,

le grain de beauté sur une montagne de bonté.

J’ai rendez-vous avec les slips usés, la chemise des pauvres

et les souliers des morts.

J’ai rendez-vous avec le ciel et la rumeur du monde,

la pluie neuve et les anciennes étoiles,

une cabane en pin,

une maison bâtie de pain.

Entre la tombe et le berceau, j’ai rendez-vous avec la vie.

J’ai rendez-vous avec la vue,

         un œil gauche, un œil droit.

 Les regards en disent beaucoup sur la pensée.

J’ai rendez-vous avec les fleurs,

un peu, beaucoup, passionnément.

J’ai rendez-vous avec l’aube et la nuit, le rêve et le réel.

J’échange des kilos de papier pour un seul mot d’amour.

Jean-Marc La Frenière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article