Encaisser les chutes

Publié le par la freniere

Sous tes ongles
craquelés de carences,
des hectares d'humiliation
achèvent de sécher
en murmurant des noms stratifiés
dans les trépas successifs
des damnés en cavale.
Tu grattes ta mémoire
jusqu'au sang
pour essayer de prouver
qu'il y a toujours un pouls
sous les éboulis.
Derrière tes rotules
fêlées de soumission,
des côtes abruptes d'obéissance
encaissent les chutes
en bégayant des sacrifices
au nom de la honte
et du reniement.
Tu minimises les pertes
jusqu'à l'anémie
et tu embrasses ta mort lente
en faisant de la ferraille
ton Éden.
Au centre de ton thorax
armé de pacotille,
un terrier d'épouvante
empeste le simulacre
en gémissant sous le poids des alias
qui servent d'alibis
au noeud de la Bête.
Tu cimentes les racines
jusqu'à l'inanition
pour finalement te nourir de barbarie
en chantant à tue-tête
des prières en plastique.

Jean-François Carrier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article