La matière du monde

Publié le par la freniere

La matière du monde

Le temps me tire par le cou vers un bosquet de mots, les images perdues, une vision de veille, une forêt de sons. Les jours passent en quêteux. Les bêtes se relèvent dans l'orgueil du cri. La route autour du monde n'était qu'une chimère. La pluie dénoue ses doigts dans les sources taries. La seule ligne infinie est pointillée de mots. J'y cherche un peu d'espoir. Les fleurs gonflés d'orgueil ont bu toute la soif. Les rendez-vous d'amour ont dévoré les heures sans cracher les pépins. Ce n'est pas moi qui marche, c'est la route qui lève, la neige qui salue, le soleil qui pleure.

Jean-Marc La Frenière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article