La vie

Publié le par la freniere

Sur la traversée des moissons, des coquelicots font battre la terre. À la tempe du jour, l'éternelle ondulation du présent abolit les questions. Des mondes inconnus sont à portée de main dans le trille d'un oiseau, le voyage des feuilles, la patience des pierres, l'innocence des bêtes, l'humilité des fleurs, l'entêtement des herbes, la saveur du pain. La sève inonde, l'air palpite. La vie. Entre le sel et l'eau, sur le fil du soleil remonté chaque jour, d'un ciel l'autre, il n'y a que le pas d'une étoile.

 

Ile Eniger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article