Ode au Saint-Laurent

Publié le par la freniere

Ode au Saint-Laurent

Et je situerai l'homme où naît mon harmonie

Ma langue est d'Amérique
Je suis né de ce paysage
J'ai pris souffle dans le limon du fleuve
Je suis la terre et je suis la parole
Le soleil se lève à la plante de mes pieds
Le soleil s'endort sous ma tête
Mes bras sont deux océans le long de mon corps
Le monde entier vient frapper à mes flancs

J'entends le monde battre dans mon sang

Je creuse des images dans la terre
Je cherche une ressemblance première
Mon enfance est celle d'un arbre
Neiges et pluies pénètrent mes épaules
Humus et germes montent dans mes veines
Je suis mémoire je suis avenir
J'ai arraché au ciel la clarté de mes yeux
J'ai ouvert mes paumes aux quatre vents
Je prends règne sur les saisons
Mes sens sont des lampes perçant la nuit

Je surprendrai debout le jour naissant

Une hirondelle s'agrippe à ma tempe gauche
Je pressai dans ma main le clair présage

O que je m'embarque sur la mer verte et bleue
O que je saisisse les reflets qui m'aveuglent
Le temps dispersé en mille figures
Le mot prisonnier de la chair
L'accord caché au fond du sang
L'infini de l'univers et du coeur
La solitude sans fin de chaque être
Trouverai-je le secret de ma vie

Trouverai-je un jour l'événement qui commence

Être homme est déjà une tragédie
Et j'ai pleuré en découvrant le monde

J'ai allumé un feu sur la haute clairière
Je suis descendu dans l'aine des sources
Le parfum du sol me frappe au visage
La femme aux hanches brillantes d'aurore
L'homme à genoux inventant Dieu
Je suivrai la marche du fleuve
Je connais ensemble hier et demain
Et c'est aujourd'hui qu'il me faut construire

Je découvre ma première blessure
Je plante dans le sol ma première espérance

Espace et temps ô très charnelle phrase

Le Nord et le Sud dans une même figure
l'instant et toute l'année en un pas

Je regarde au plus profond de la terre

C'est de l'homme désormais qu'il s'agit
C'est dans ce pays que j'habiterai

 

Gatien Lapointe

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article