Salah Stetie

Publié le par la freniere

Salah Stetie

Merci , Monsieur Stétié, merci pour vos mots, merci pour votre humanité et votre gentillesse, merci por votre amitié....

Que votre chemin soit parsemé d'étoiles....

.

Dans les filets du vent
Il y a des étoiles
Elles ne servent à rien
Qu'à mesurer le temps


Il écrit pour l'esprit
Son histoire éternelle
Il y a beaucoup d'idoles
Malaxées et meurtries
Brisées et rebrisées
Sous le sabot du vent


Dans les filets du vent
Il y a les mots des hommes
Leurs mots d'amour leurs mots
De sang leurs mots de rêve
Et parfois le vent tendrement
Se désaltère à leurs syllabes :
Mots de sable, de terre


Quand les amants seront
Ces naufragés de terre
Pris au filet du vent,
Que l'herbe les habille
D'une douce mémoire
Pour apaiser de leur amour
Le pouls vivant !


C'est une longue histoire
Dans le piège des astres
Dans les filets du vent
Que ce passage vif
De nous avec nos chiens
Nos femmes nos chevaux
Au coin du temps furtif


Nous attachons nos vies
Le vent les démantèle
Nous caressons nos femmes
Et nos femmes nous quittent
Nous nourrissons nos chiens
Et ils nous abandonnent
Nous flattons nos chevaux
Et ils nous désarçonnent


C'est une longue histoire
C'est un matin d'amertume
Et les saisons sont quatre
Ainsi que de coutume
Et nous allons toujours
Par le même chemin
Vers le même pardon
Qu'une grille a fermé


Nos maisons nous regardent
Nos fenêtres nous rêvent
Quand nous disparaîtrons
Elles oublieront nos ombres
Mais garderont peut-être
Le souvenir de notre avancée dans le temps
Et de nos mains craintives
Sur la taille du vent


Nous avançons vers quoi ?
Vers le temps du naufrage
Le brassage de l'âme
Avec les corps salés
Le brassage du corps
Avec le deuil de l'âme

On chantera un peu
Notre disparition
On oubliera beaucoup
La brève apparition
De notre vie vivante
Agréée consolée
Un jour d'inanition


Beaucoup d'ombre beaucoup
D'ombre et de nostalgie
La vie déjà partie
Et les aimées aussi
Les libellules vaines
Les papilles perdus


Toute voix va finir
Dans la plante du vent
Son filet déchiré
A lâché ses poissons
A lâché ses oiseaux
Le merle et le pinson


Voici venir à nous l'intensité
Voici venir à nous la majesté
Voici venir à nous la pauvreté


Et la beauté ?
Il faut habiter la beauté
On ne sait pas, mon amour,
De quoi c'est fait


On ne saura jamais ce que c'est, mon amour,
On en saura jamais si l'on a voyagé
Dans quel pays, sous quel bénéfice d'astres ?
Les étoiles sont toujours là, toujours muettes,
Au-dessus du chuchotis des arbres
Et d'un amour que j'ai
Et d'un amour que j'ai,
Comme un chant égorgé d'alouette

Salah Stetié

 Sur

http://emmila.canalblog.com/archives/poesie_d_orient___salah_stetie/index.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article